Aller au contenu


Photo

Le Requiem du Roi des Roses


  • Ce sujet est fermé Ce sujet est fermé
1 réponse à ce sujet

#1 Maddilly

Maddilly

    Gardienne des Bishies

  • Chroniqueur
  • PipPipPipPip
  • 1 671 messages

Barre des badges:

Badges des membres

Posté 20/03/2016 - 11:17

gallery_2881_464_4205.jpg
 

Aya Kanno, l'auteur de Corps et âme et Otomen, revient avec une réinterprétation de pièces de William Shakespeare : Le Requiem du roi des Roses. Les quatre premiers tomes de ce manga sont sortis chez Ki-oon.




gallery_2881_509_174779.png

Synopsis


 

Dès sa naissance, Richard, héritier de la prestigieuse famille d’York, est un enfant maudit. Né hermaphrodite, il est rejeté et haï par une mère qui considère sa venue au monde comme une punition du ciel. Seule lueur d’espoir dans cette enfance tourmentée, la présence d’un père qui lui voue un amour inconditionnel. Mais la vie du jeune Richard bascule quand son père s’engage dans un conflit avec les Lancaster pour faire valoir ses droits au trône. De cette guerre des Deux-Roses va émerger un monstre politique, un tyran sanguinaire qui marquera de son empreinte l’histoire de l’Angleterre…


[ Source : Ki-oon ]
 

Fiche technique


 
Titre original : Bara Ou no souretsu - [ 薔薇王の葬列 ]
Auteur : Aya Kanno
Genre : drame, historique
Année de publication : 2015
Éditeurs : Akita shoten (Japon) - Ki-oon (France)

Nombre de tomes : 5 (Japon) - 4 (France) [série en cours]
Trailer de Ki-oon : à voir par ici.
Extrait gratuit : à lire par ici.
 

Mon avis

gallery_2881_509_84345.png
gallery_2881_509_11384.jpg

En cette époque troublée qu'est le XVe siècle, l'Angleterre est en plein conflit interne entre les York et les Lancaster. Nous suivons Richard, futur tyran Richard III, depuis la naissance jusqu'à très certainement son décès, la série étant encore en cours.


 

Adapté à partir de la célèbre tétralogie de William Shakespeare qui comporte les trois parties de Henri VI et la pièce Richard III, ce manga d'Aya Kanno est une petite perle qui vaut le coup d’œil, et pas seulement pour le coup de crayon magnifique de son auteure. Cette dernière se réapproprie la tragédie shakespearienne en y ajoutant ses thèmes fétiches, entre autres les genres troublés, et fait ainsi de son personnage central un hermaphrodite apparaissant comme un monstre aux yeux de son entourage... sauf à ceux de son père, dont il est le fils préféré. Ces deux-là portent le même nom : Richard. Un nom de Roi.


 

Drame historique (même si l'auteure prend certaines libertés dans les détails afin de manipuler son œuvre comme elle l'entend), mais surtout psychologique car la focalisation se fait sur les sentiments et l'intériorité des personnages, Le Requiem du Roi des Roses est l'histoire d'une quête assoiffée de pouvoir. Au départ, York et Lancaster, deux familles rivales, se disputent ce pouvoir mais, petit à petit, des divisions apparaissent au sein même de ces deux camps, pouvant faire chavirer l'avantage de l'un ou l'autre côté à tout moment et laissant le lecteur dans l'incertitude totale quant au dénouement. Ces balancements d'un camp à l'autre et retournements divers de situation rythment et cadencent le récit, lui donnant la forme d'une espèce de spirale prête à tout emporter sur son passage.


gallery_2881_509_21633.jpg

Ce qui porte cette tragédie, ce sont les personnages. Et quels personnages ! Certains paraissent plus faciles à appréhender que d'autres... il ne faut pas se laisser tromper, ils sont tous ambigus et indéchiffrables, ils réservent des surprises et ne sont pas à l'abri d'un changement total de perspective ; ils sont entiers, passionnés et dévoués, fidèles à leurs valeurs et capables de tout pour arriver à leurs fins. Leur détermination est sans faille et entraine le lecteur avec elle au fil des pages.


 

L'histoire et la complexification des événements est à mettre en parallèle avec la folie croissante de Richard. Le manga tourne autour de cet être, les événements et personnages sont autant liés à lui que lui-même est lié à ceux-ci. Son développement intérieur est comme une mise en abyme de la grande Histoire qui a lieu autour de lui. Quant à son caractère... il est inconstant, changeant, en permanence sur un fil d'où il peut basculer. La pureté de ses émotions tend à l'extrême, ce qui le rend aussi effrayant que touchant. En cela, Henri (le roi Henri VI, de la maison Lancaster) et lui sont très semblables même si chacun se situe à des extrémités différentes d'une même tendance, le premier niant plutôt la réalité pour se réfugier dans un monde où il n'y aurait que paix et amour, l'autre s'exprimant par une violence sanglante et un rejet de tout ce qui semble le faire souffrir.

 

Aya Kanno sublime son récit par son coup de crayon. Son trait fin et légèrement tremblant est en parfaite adéquation avec la fragilité des émotions et les tensions subies par les protagonistes. On remarque aussi l'encrage qui se fait de plus en plus sombre au fur et à mesure que la tragédie suit son cours. Le résultat visuel ébranle et trouble ; on plonge dans cette histoire en apnée, difficile de reprendre son souffle avant la fin d'un tome.


 

Ni totale adaptation shakespearienne, ni fidèle reconstruction historique sanglante ; entre passions/tensions et folie guerrière, Le Requiem du Roi des Roses est une œuvre hybride dont les éléments se construisent autour d'un entre-deux. Aya Kanno s'est approprié le récit pour le marquer de sa touche personnelle, lui attribuer une identité et donner à lire et à voir au lecteur une œuvre parfaite pour ce qu'elle est : ni l'un, ni l'autre et en même temps les deux à la fois, en constant équilibre précaire prêt à déborder à l'image de son personnage principal, Richard.


 
Pour terminer, un mot sur l'édition de Ki-oon. Des couvertures soignées et une impression de bonne qualité, il n'y a pas grand chose à reprocher à ces tomes qui sont d'excellente facture.
 

gallery_2881_509_15793.jpg

 

Drame, sentiments à fleur de peau et tourbillon incontrôlable qui mène tout droit vers le plus funeste... Vous aimez les tragédies shakespeariennes ? Vous aimez Aya Kanno ? Vous aimez les personnages torturés, fous, sensibles et débordants ? Jetez-vous sur Le Requiem du Roi des Roses.

 

Un petit bonus : le trait d'Aya Kanno. ~


Modifié par Kaf, 04/09/2016 - 08:30.

5VirAEf.png

MyAnimeList

Mon site (ou ici) Mes photos


#2 Kaf

Kaf

    Tsundere-chan

  • Membre
  • PipPipPipPipPip
  • 9 754 messages
  • LocalisationFerfié

Barre des badges:

Badges des membres

Posté 04/09/2016 - 08:30

[ Ce billet, initialement publié sur le Blog, a été rapatrié dans la section Articles. ]

 

J'ai lu le premier tome et absolument pas accroché... Tu crois que je devrais quand même essayer de continuer, ou passer mon chemin ?






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users