Jump to content
Sign in to follow this  
Kyle hyde

Le portrait de petite cossette

Recommended Posts

Le portrait de petite Cossette

gallery_222_92_45708.jpg

Histoire

Hallucination et passion, tels sont les tourments du jeune Eiri Kurahashi, étudiant en art et antiquaire durant son temps libre.
Après l’arrivée d’un étrange verre vénitien, il est obnubilé par la vision d’une jeune fille qui se nomme Cosette d’Auvergne. De plus, il semble qu'il soit le seul à la percevoir. Mais comment peut-on avoir des sentiments pour une simple apparition ? Est-ce seulement la réalité ?
Enfermé dans sa boutique, il ne cesse de passer du temps avec le verre vénitien où son amour se transforme en passion. Ce sentiment grandissant, il réalisera un pacte avec Cosette en buvant une coupe de sang dans le but de certifier son amour. Mais Eiri ne se doute pas qu’il deviendra le martyr de Cosette et ses sentiments seront sans cesse mis à rude épreuve.




Infos pratiques

Auteur : Katsura House
Réalisateur : Akiyuki Shinbo
Character Designer : Hirofumi Suzuki
Studio : Cosette House
Année : 2004
Genre : Horreur / Drame / Romance
Type : Seinen
éditeur DVD : Kaze


Mon avis :

Un univers cauchemardesque où l’amour d’un jeune homme du nom d’Eiri sera tranché à vif tout au long de l’histoire. Voilà ce qui pourrait résumer l’histoire après avoir vu ces 3 OAV de 35 minutes. Mais pour en parler, rien de mieux qu’une petite analyse de l’œuvre dans son ensemble.

La trame principale est donc une relation entre Cosette, une jeune fille aux allures de gothic lolita qui est morte depuis plusieurs années et qui hante un verre détenu par Eiri. Rien que pour ça, le sujet est déjà assez troublant à l’origine, surtout quand le héros tombe éperdument amoureux de cette dernière. Mais l’intrigue tourne également sur la cause de la mort de Cosette et surtout, sur les épreuves sanguinaires qui attendent le jeune étudiant en art. Car, pour aider sa jeune promise, le héros se transformera en martyr dans le but d’aider Cosette à trouver la paix. Mais la narration est très floue et le spectateur aura beaucoup de mal à tout saisir. C’est sans nul doute le gros défaut de ces 3 OAV, car à force de jouer sur la projection de symboles chrétiens et des vérités dites à demi-mot, on finit par ne pas tout saisir. Il m’a fallu visionner à deux reprises et stopper certaines scènes pour bien comprendre l’ampleur. Et même aujourd’hui, je ne suis pas sûr d’avoir compris toutes les ficelles du scénario, mais le gros a été saisi.
(C’est surtout mon envie de toujours tout comprendre qui en prend un coup).

Là où ces OAV remporteront des points, ça sera sans doute sur sa réalisation technique.
Graphiquement, l’univers très sombre est admirablement réalisé, mélangeant réalité et univers cauchemardesque. Le passage entre ces deux mondes est sans bavure et proposera la sensation de vivre le tourment d’Eiri à son paroxysme. Les effusions de sang sont très fréquentes et parfois même démesurées, mais cela est surtout là pour accentuer la douleur insupportable du héros. On finit par admirer sa ténacité lors des épreuves, lui, qui n'était encore qu’un simple apothicaire sans histoire.

Sa bande-son ne laissera pas les connaisseurs indifférents puisque le tout est orchestré par Yuki Kajiura qui créa l’OST de Hack//Sign, Mai Hime ou encore Noir, pour ne citer que ceux-ci. On reconnaît sa symphonie à l’écoute des premières notes; symphonie qui accentue remarquablement l’univers.

Il faut le reconnaître, le style graphique et sa musique arrivent à faire plonger le spectateur dans le cauchemar d’Eiri avec une efficacité remarquable. Je regrette surtout que sa narration soit si floue, bien qu’il y ait de l’idée dans le sujet. Une petite série d’OAV qui offre au spectateur une démonstration de ce que la folie amoureuse peut faire accomplir à un homme.

Note : Le titre Fr est bien « Le portrait de petite Cosette », il n’y a aucune faute.


Trailer :

http://www.youtube.com/watch?v=ue663TMK0Nk&feature=fvsr



gallery_222_92_21782.jpg




 


X74SO.jpg
Question Halloween :

6)Quel est le style vestimentaire de la jeune Cossette d'Auvergne ?


Corrigé par Lind Win. Encore du bon boulot, bravo !

Edited by Kaf

Share this post


Link to post
Share on other sites

* Corrigé par Lind Win *

* Validé par Yuko *

 

 

Je l'ai vu il y a maintenant 4ans je dirais et le souvenir qui m'en reste est que je n'ai pas tout saisi... Un univers plutôt étrange, voir effrayant. Des flash back qui déconnectent le spectateurs de présent et de la réalité. Des couleurs à vous rendre épileptiques. J'ai bien aimé... On m'a offert le coffret des 3 OAV avec les 2 tomes du mangas, il faudrait que je lise ça et regarde denouveau ^^.

 

L'OST m'avait beaucoup plue, j'avais en effet reconnu le petit label " Hack Sign " (mais tu me l'apprend pour " My Hime ", maintenant ça me paraît logique).

Un Seinen très beau graphiquement et qui sonne très bien à mes oreilles, à revoir prochainement pour ma part (en espérant tout capter)

Edited by Yuko Namakemono

Share this post


Link to post
Share on other sites

"le spectateur aura beaucoup de mal à tout saisir" --> C'est exactement ça ! On me l'avait offert, pour l'univers graphique et visuel "Lolita" qui est effectivement très plaisant. Le coffret est beau, il n'y a vraiment rien à redire sur le graphisme, l'ambiance, les décors, alliés à des musiques simplement merveilleuses (mais bon, c'est Kajiura Yuki aussi, donc normal ♥).

 

Tout est vraiment très bien travaillé niveau visuel, mais alors l'histoire en elle-même, je l'ai vu une fois, je n'avais rien compris.

J'ai voulu le revoir avec mon homme, un peu imbibés en se disant "on sait jamais qu'en étant pas clean on comprenne mieux :D", pas trop non (mais on n'a même pas tout regardé, c'était trop capillotracté pour mon homme...).

 

Il faudrait vraiment que j'essaie de le re-re-revoir... Ne serait-ce que pour le plaisir des yeux. Mais j'aurais bien aimé pouvoir comprendre tout, les sous-entendus, les symboles, etc. !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne connaissais pas cet anime et quand j'ai lu "le tout est orchestré par Yuki Kajiura", ça a été suffisant pour me convaincre de me plonger dans ce monde glauque intriguant que tu dépeins dans ton article :)

 

Et niveau bande son, je n'ai pas été déçue =)

L'ensemble est également de bonne facture. C'est un univers qui effectivement très travaillé visuellement, qui ne se contente pas toujours d'une avancée linéaire et qui a une ambiance bien particulière. Si cet anime ne sera pas forcément très marquant, il a son petit potentiel malgré son format.

C'était pas mal dans son genre et j'ai apprécié le fait qu'il réclame au spectateur une certaine attention s'il veut pouvoir suivre l'intrigue.

 

Merci pour la découverte ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je garde un bon souvenirs de Petite Cossette, une B.O superbe et visuellement magnifique. Le scénario torturé et compliqué m'avait aussi accrochée (oui, j'aime bien me torturer les méninges en regardant un film) même si je n'ai pas tout saisi (mais ça fait longtemps).

 

Donc un film d'animation très agréable avec son propre univers et ses propres codes.

Edited by Lind Win

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mmm... J'ai un avis mitigé sur cet anime (mais il est quand même plus vers le positif).

 

Je n'ai pas aimé le scénario, non pas parce qu'il était flou (je trouve que ça a son charme et que ça correspond bien à l'ambiance), mais simplement parce que ce n'est pas mon truc les histoires d'esprits, de vengeance des morts, de réincarnation ou de trucs du genre, surtout mélangé avec une histoire d'amour un peu énervante à cause de cet espèce de mysticisme.

 

Par contre, du côté des graphismes, c'est love love love ! *3* Le genre de mouvement de caméra (même s'il n'y a pas de caméra, enfin, vous voyez ce que je veux dire quoi), avec du flou et tout, c'est très bien fait, et on ne retrouve pas cet effet dans beaucoup d'anime, et encore moins utilisé à profusion comme ici sans pour autant lasser le téléspectateur !

Toutes les prises de vues semblent pensées et réfléchies ; on s'en rend compte rien qu'en voyant la présence des avants-plans alors que les personnages sont en arrière-plan, c'est spécial.

Alors le summum, c'était l'espèce de monde du rêve (ou plutôt de cauchemar, vu comme c'est sinistre). Déà, la 3D est parfaitement intégrée. Ensuite, le décor est glauque sans pour autant virer au grotesque. Et puis après, il y a la musique...

 

L'OST est vraiment trop génial trop top cool (comme toutes les OST faites par ce compositeur, qui donnent souvent envie de regarder un anime rien que pour sa musique). Sans être trop niaiseuse, elle nous transporte sans problème dans le monde de Cossette et les délires de machin-chose (désolée, le nom du héros c'est le trou de mémoire), et on reste à chaque fois scotché jusqu'à la fin du générique de fin.

 

Au final, c'est un anime intéressant pour son aspect technique, mais côté scénario à réserver aux fans de trucs un peu gothiques de ce genre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×